Le mélange des classes d’âge

L’Institution scolaire traditionnelle ose ce que la Nature a sans doute jugé trop risqué, ou trop limitant : elle désigne une seule personne, l’enseignant, comme passeur du savoir. C’est une transmission verticale du savoir. Ainsi, en caricaturant un peu, la source d’absorption pour l’enfant dépend d’une seule personne, ce qui, en plus d’être inacceptable pour le cerveau de l’enfant en pleine maturation qui demande à être nourri généreusement, est inacceptable pour la santé de l’adulte qui peut vite s’épuiser à nourrir vingt enfants en même temps.
Une façon plus adaptée d’organiser la classe serait de renverser ce flux vertical d’énergie inadapté pour tout le monde est de le passer à l’horizontal. Comment ? En réunissant des enfants d’âges différents et en les laissant interagir librement au sein d’un environnement structuré encadré par deux adultes bienveillants et empathiques.

A l’Ecole Active, toutes les classes contiennent des enfants de 3 classes d’âges. Les enfants effectuent leurs trois années dans la même classe, avec le même groupe d’enfants et les mêmes enseignants. Ainsi, nous accueillons chaque année des enfants de la classe d’âge inférieure pour compléter le groupe. Tandis que les enfants de la classe d’âge supérieure changent de cycle. Cela permet aux enfants de se sentir vraiment chez eux en classe, c’est leur maison pendant trois ans, et de conserver un groupe classe soudé avec une forte cohésion au sein duquel la coopération devient maximale.

De cette façon, l'intelligence plastique des petits et ensuite des plus grands se voit richement nourrie, non plus seulement en situation d'apprentissage mais également dans un contexte vivant et dynamique ; ils observent et interagissent 5 heures par jour avec des camarades de classe plus âgés : ils n'ont plus seulement l’adulte pour exemple, ils ont toute une classe de petits enseignants qui leur fournissent de belles démonstrations répétées simplement en vivant à leurs côtés. Les grands aident spontanément les petits, et les petits adorent ça. Mais surtout, en transmettant leur savoir, les grands structurent leur pensée et ancrent profondément leurs apprentissages puisqu’une compétence ou une connaissance n’est vraiment acquise (pour toujours) que lorsqu’on est capable de s’en décentrer pour la transmettre. En devenant des passeurs de savoir, les grands renforcent leur confiance en eux.

 

La classe devient un lieu d’émulation et d’émancipation pour tous, un lieu de générosité et de tolérance les uns envers les autres.